Déléguer ou sous-traiter, ça en vaut la peine!

Tout chef d’entreprise et entrepreneur exécute des tâches qui ne sont pas sa mission première, en particulier parmi les tâches administratives. Parfois, lorsqu’on a une trésorerie acceptable, on aimerait en sous-traiter ou déléguer une partie, mais on recule devant le coût du service.

Comment déterminer factuellement si ce coût ne serait pas une opportunité en définitive ?

La méthode consiste à :

  • déterminer votre situation propre (coût et efficacité économique)
  • mesurer globalement l’activité concernée
  • comparer au coût de la sous-traitance

Les exemples illustratifs sont inspirés d’une activité simple de consulting, mais les principes demeurent similaires pour les autres métiers.

1-DÉTERMINEZ VOTRE PROPRE COÛT DE REVIENT

Commencez par sommer les éléments de coûts mensuels réglés par votre société qui vous concernent directement, puis divisez-les par votre temps de travail effectif.

Démonstration par l’exemple :

2-DÉTERMINEZ VOTRE COÛT D’OPPORTUNITÉ

Le coût d’opportunité, c’est la marge commerciale que vous perdez en ne travaillant pas sur votre activité phare, dans la mesure où l’entrepreneur est généralement son premier vendeur.

Il s’agit donc du CA, moins les coûts directs de ventes, le total divisé par le temps que vous passez sur cette activité phare.

Démonstration par l’exemple :

Chaque fois que vous passez 1h à travailler sur un autre sujet que le commercial, vous perdez l’opportunité de gagner 90 euros de marge commerciale supplémentaire.

3-EVALUEZ L’ACTIVITÉ QUE VOUS VOULEZ SOUS-TRAITER

S’il s’agit d’une tâche connue et périodique, mesurez-la. S’il s’agit d’une nouvelle tâche ponctuelle, estimez-la au mieux. Multipliez les temps obtenus par les coûts calculés précédemment.

Démonstration par l’exemple :

4-CONSULTEZ ET DÉCIDEZ

Faites faire des devis de sous-traitance, puis comparez.



Si votre cœur balance, voici quelques questions complémentaires possibles pour vous aider :

  • Votre trésorerie vous le permet-elle ?
  • Votre emploi du temps vous le permet-il ?
  • Que gagnez-vous à le faire vous-même (expérience, savoir-faire, contrôle, confidentialité, etc) ?
  • Mon risque est-il mieux couvert en sous-traitant (activité réglementée comme expert-comptable ou notaire, risques d’assurance comme électricité ou travail en hauteur, etc) ?
  • Quel gain en qualité à espérer avec un sous-traitant plus expert que vous ?
  • Allez-vous réellement le faire vous-même (procrastination, gestion de priorités) ?
  • Quel gain en délai à espérer avec un sous-traitant plus habitué que vous ?
  • Puis-je tester sans engagement ?
  • Puis-je payer une partie au résultat ?
  • Quel plaisir/déplaisir avez-vous à le faire ?
  • Que vous dit votre intuition avec le sous-traitant ?

A la fin, à vous de trancher !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *